L’establishment et Antifa comme cul et chemise

Source dailycaller

La violence des antifas s’est déchaînée encore une fois à Berkeley, en Californie, ce week-end.

Dimanche, un petit nombre de partisans du président Trump a décidé de se rassembler dans le campus de l’université de gauche, à Berkeley, en Californie, après l’annulation de deux manifestations similaires dans la région la veille. La raison des annulations était due au grand nombre de menaces violentes que recevaient les organisateurs pro-Trump.

Le jour où les partisans de Trump sont apparus dans la région de la baie de San Fransisco, les gauchistes ont eu opportunité de concrétiser leurs menaces.

Les scènes sur le terrain à Berkeley ont montré des bandits porteurs de masques noir et de drapeaux rouges submergeant la ville et agressant quiconque était considéré comme un nazi. Il y avait un contraste flagrant avec l’image héroïque que les Antifa ont gagné auprès des journalistes et des politiciens dans les semaines qui ont suivi les violences à Charlottesville – vidéos ici.

Il n’y avait pas de nazis présent à Berkeley, juste des partisans lambda de Trump. Pourtant, cela ne les a pas sauvés d’une raclée des mains des Antifa.

Curieusement, les Antifa avaient fait l’éloge des sources les plus improbables au sein de l’administration Trump quelques jours seulement avant qu’ils n’assaillent une assemblée libre à Berkeley.

Dans une interview accordée au Financial Times, Gary Cohn, ancien dirigeant de Goldman Sachs et conseiller économique actuel de la Maison Blanche, a réprimandé publiquement le tweet de son chef Donald Trump qui disait que les deux parties étaient fautives de la violence à Charlottesville. Il a également loué les Antifa comme une force du bien.

Similar posts