Un universitaire a-t-il trouvé la clé pour déchiffrer le manuscrit de Voynich ?

Cela fait plus d’un siècle que des cryptographes, linguistes et autres chercheurs tentent de déchiffrer les textes du célèbre manuscrit de Voynich.

Le document, vieux de 600 ans, est décrit comme « le texte médiéval le plus mystérieux au monde ». Il est rempli d’illustrations de plantes exotiques, d’étoiles et de mystérieuses figures humaines, ainsi que de nombreuses pages manuscrites dans une langue inconnue.

Un universitaire britannique vient de déclarer que ce document est en fait un manuel de santé pour les femmes.

Nicholas Gibbs, qui est un expert en manuscrits médicaux médiévaux, rapporte qu’il en est arrivé à cette conclusion après avoir découvert que le texte était écrit en ligatures latines qui décrivent les remèdes à partir d’informations médicales standard.

Les ligatures latines ont été développées comme des raccourcis d’écriture et ont été utilisées depuis l’époque grecque et romaine. Par exemple l’esperluette classique (« & ») a été développée à partir d’une ligature provenant de la combinaisons des lettres latines « e » et « t ».

Gibbs a publié un article dans le Times Literary Supplement (Voynich manuscript: the solution). Il y écrit qu’en étudiant le latin médiéval « il est devenu évident que chaque caractère dans le manuscrit de Voynich représentait un mot abrégé et non une lettre ».

Il a ainsi découvert que les mêmes « mots dominants » apparaissaient dans les documents médicaux et le manuscrit de Voynich. De nombreux raccourcis semblent avoir été empruntés dans d’autres traités médicaux, rapporte-t-il.

Similar posts