SOTT FOCUS: Massacre de Las Vegas : les graves incohérences de la version officielle

Lundi 9 octobre, la police de Las Vegas a revu la date à laquelle Stephen Paddock s’est enregistré à la réception du Mandalay Bay – affirmant que c’était le 25 septembre, et non le 28, comme on l’avait cru auparavant. Le lendemain, Nicole Rapp, dont la mère a été piétinée par la foule au cours du massacre, a déclaré à l’Associated Press : « J’ai beaucoup de mal à comprendre comment ils ont pu ne découvrir ça qu’une semaine plus tard. Ils ne le savaient pas avant ? Comment c’est possible ? C’est traumatisant pour les victimes et leurs familles de ne pas vraiment savoir ce qui s’est passé. »

Contrairement aux affirmations répétées du gouvernement selon lesquelles mettre en doute la version officielle d’incidents impliquant de nombreuses victimes ferait « du tort aux familles », ce qui leur fait vraiment du tort, ce sont les comptes-rendus partiels invraisemblables qu’on nous présente comme la vérité. Au contraire, seule la vérité authentique – un récit cohérent, qui colle à la réalité – pourra rendre leur sérénité aux victimes de tels attentats.

L’apparente ignorance de la police et du FBI concernant la date à laquelle Paddock est arrivé au Mandalay Bay n’est qu’un exemple parmi les nombreuses autres incohérences autrement plus graves dont fourmille la version officielle des événements de la nuit du 1er octobre à Las Vegas. D’ailleurs, quiconque doté d’un détecteur de foutaises performant repérera aisément ces incohérences. Ci-dessous, j’énumère les plus flagrantes.

Powered by WPeMatico

Similar posts