Trois quart du miel est contaminé par des pesticides

Une étude inédite montre qu’une grande majorité des miels produits dans le monde sont désormais contaminés par les insecticides de la famille des néonicotinoïdes, qualifiés de « tueurs d’abeilles ». De la fleur au miel que nous consommons, c’est toute la chaine alimentaire qui est affectée par ces pesticides, y compris nos organismes qui contiennent un mélange de substances toxiques à l’origine de l’effet cocktail.

Les insecticides de la famille des néonicotinoïdes sont les pesticides les plus largement utilisés à travers le monde et occupent le tiers des parts de marché des pesticides répandus, essentiellement sur les grandes cultures (maïs, colza, betterave). Fabriqués pour lutter contre certains insectes ravageurs[1] comme les taupins, oscinies, pucerons, cicadelles, thrips et sitones sur les cultures, ils sont absorbés par les plantes et en contaminent tous les organes, y compris les fleurs, contaminant ainsi le pollen et le nectar. Par conséquent, ils affectent les pollinisateurs comme les abeilles qui exploitent le nectar des fleurs pour produire le miel que nous consommons ensuite… Au delà des abeilles, les néonicotinoïdes touchent les invertébrés terrestres et aquatiques, mais aussi les vertébrés et bien sûr, nous-même.

Cette contamination planétaire, qui affecte un grand nombre d’espèces et l’ensemble de la chaine alimentaire ont conduit les autorités de plusieurs pays a prendre des mesures de restriction, voire d’interdiction comme en France, dès 2018, notamment à cause des ravages induits sur les populations d’abeilles et la chute dramatique de la production française depuis plusieurs années.

Powered by WPeMatico

Similar posts