Un lien a été trouvé entre l'état de la flore intestinale et plusieurs maladies liées à l'âge

Une nouvelle étude montre pour la première fois que les bactéries intestinales de souris âgées provoquent une inflammation chronique liée à l’âge lorsqu’elles sont transplantées chez de jeunes souris. Appelée « inflammaging », cette inflammation chronique de faible intensité est associée
à des affections limitant la vie comme les accidents vasculaires cérébraux, la démence et les maladies cardiovasculaires. L’étude, publiée aujourd’hui dans le journal en libre accès Frontiers in Immunology, apporte l’espoir d’une stratégie potentiellement simple pour contribuer à un vieillissement en bonne santé, car la composition des bactéries dans l’intestin est, au moins en partie, contrôlée par l’alimentation.

« Etant donné que l’inflammaging est censé contribuer à de nombreuses maladies associées au vieillissement, et que nous constatons maintenant que le microbiote intestinal joue un rôle dans ce processus, les stratégies qui modifient la composition du microbiote intestinal chez les personnes âgées pourraient réduire l’inflammation et contribuer à un vieillissement en bonne santé », explique le Dr Floris Fransen, qui a effectué les recherches au Centre Médical Universitaire de Groningen, Pays-Bas. « Parmi les stratégies connues pour modifier la composition des microbiote intestinaux, on trouve des changements dans le régime alimentaire, les probiotiques et les prébiotiques. »

Des recherches antérieures montrent que les personnes âgées ont tendance à avoir une composition de bactéries intestinales différente de celle des jeunes. Les réponses immunitaires tendent également à être compromises chez les personnes âgées, ce qui entraîne une inflammation. Sachant cela, Fransen et son équipe se sont mis à étudier un lien potentiel.

Powered by WPeMatico

Similar posts