Corée du Nord

De hauts responsables de la sécurité nationale aux États-Unis ont affirmé dimanche qu’une confrontation militaire avec la Corée du Nord n’est pas imminente, tout en prévenant que la possibilité d’une guerre est plus forte qu’il y a une dizaine d’années.

Le directeur de la CIA, Mike Pompeo, et le lieutenant-général de l’armée et conseiller à la sécurité nationale du président Trump, H.R. McMaster, ont cherché à rassurer la population en affirmant qu’un conflit pouvait être évité, tout en appuyant les mots durs employés par M. Trump. Ils ont déclaré que les États-Unis et ses alliés ne pouvaient plus se permettre de rester les bras croisés pendant que la Corée du Nord fait progresser la mise au point d’un missile balistique intercontinental à ogive nucléaire.

Il juge que la Corée du Nord développe «à un rythme alarmant» ses capacités à lancer une attaque nucléaire contre les États-Unis. Toutefois, il a tenu à relativiser l’imminence d’une confrontation militaire avec Pyongyang.

Quant à M. McMaster, il a soutenu que le pays n’était «pas plus près de la guerre qu’une semaine auparavant, mais tout de même plus près qu’il y a une dizaine d’années», ajoutant que l’administration Trump est prête à faire face militairement à la Corée du Nord si nécessaire.

Efforts diplomatiques déterminés

Le lieutenant-général a toutefois ajouté que les États-Unis poursuivaient un «effort diplomatique très déterminé» dirigé par le secrétaire d’État Rex Tillerson, en plus des sanctions financières visant à dissuader le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un de mener d’autres gestes de défiance.

M. McMaster a répété la menace de M. Trump, selon qui l’armée américaine a la Corée du Nord dans sa mire et peut être prête à l’action à tout moment.

Le directeur de la CIA a décrit Kim Jong-un comme un être «rationnel» sensible aux «circonstances défavorables».

Le plus haut officier militaire, le général du corps des Marines, Joseph Dunford, se rend en Asie et doit s’entretenir avec les dirigeants de la Corée du Sud, du Japon et de la Chine. «Nous recherchons tous à sortir de cette situation sans une guerre», a déclaré M. Dunford.

Comments: 0

MANILLE, Philippines – La Chine a exhorté la Corée du Nord de respecter les exigences des Nations unies et de cesser de provoquer la communauté internationale en poursuivant ses tests de missiles, a annoncé son ministre des Affaires étrangères Wang Yi, après avoir discuté avec son homologue nord-coréen Ri Yong Ho, à Manille, aux Philippines.

Prudent, le gouvernement Trump a applaudi l’intervention chinoise, ajoutant toutefois que les États-Unis continueront de veiller au grain afin que la pression envers la Corée du Nord ne soit pas relâchée lorsque l’attention de la planète se portera ailleurs.

Samedi, le Conseil de sécurité de l’ONU avait approuvé des sanctions économiques sévères contre le régime de Pyongyang, qui le prive d’un milliard de dollars en revenus d’exportation.

Au cours de leur rencontre, M. Wang a exhorté la Corée du Nord à «garder son calme», malgré le vote de l’ONU.

«Respectez la décision de l’ONU. Ne provoquez pas la bonne volonté de la communauté internationale en lançant un nouveau missile ou en procédant à un autre test nucléaire», a-t-il lancé à son homologue. Un inhabituel avertissement direct du dirigeant chinois.

Aussi présent à Manille, le secrétaire d’État américain Rex Tillerson n’a pas rencontré l’envoyé nord-coréen, faisant tout pour éviter de le croiser.

Le gouvernement chinois a insisté pour que les États-Unis et la Corée du Nord reprennent les négociations.

Pour les Américains, un tel retour est encore prématuré. Ils ont aussi rejeté une demande de Pékin de cesser les exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud en échange de la fin des recherches nucléaires en Corée du Nord.

Comments: 0

Après son entretien avec le nouveau président sud-coréen Moon Jae-in, le 30 juin, Donald Trump a encore durci le ton contre la Corée du Nord. « La patience stratégique avec le régime nord-coréen est terminée. Ensemble, nous faisons face à la menace du régime dangereux et brutal de Corée du Nord. Les programmes nucléaire et balistique de ce ce régime exigent une réponse déterminée », a déclaré le président américain. Pour la première fois, Washington a également annoncé des sanctions contre une banque chinoise accusée de coopérer avec Pyongyang.

Si la fonction des médias dominants est de substituer l’imaginaire à la réalité, la représentation occidentale de la Corée du Nord n’échappe pas à la règle. Vu de l’Ouest, il est vrai que Pyongyang fait figure d’accusé idéal. Cette « monarchie rouge », ce « régime ubuesque », ce « goulag asiatique » réunit les stigmates de tout ce que l’homo occidentalis est censé détester.

Comments: 0

Sous prétexte de renforcer les mesures contre le terrorisme, le gouvernement Macron s’apprête à faire passer dans la loi les principales mesures d’exception de l’état d’urgence. En l’absence de tout contrôle judiciaire chaque préfet aura désormais le droit de perquisitionner ou d’assigner à résidence tout citoyen qui le dérange.

L’état d’urgence a été instauré par le gouvernement Valls le 14 novembre 2015 suite à l’attentat du Bataclan. Prolongé systématiquement depuis cette date, il permet en particulier au préfet, sans aucun contrôle du juge, de procéder à des perquisitions, d’assigner à résidence mais aussi de fermer des sites Internet, d’interdire des manifestations, de dissoudre des associations… Bref toute la panoplie de la parfaite petite dictature digne de la Corée du Nord.

Les médias tout puissants, relais officiels de la propagande d’Etat, nous ont longtemps expliqué qu’il s’agissait de mesures provisoires visant à lutter contre le terrorisme. Ah bon?

Prenons les assignations à résidence par exemple. Cette mesure permet aux préfets d’assigner à résidence toute personne: « dont son comportement constitue une menace pour la sécurité et l’ordre public ». Et comment le préfet sait-il qu’une personne constitue une menace pour la sécurité et l’ordre public? Une boule de cristal? Bingo, presque. Généralement le préfet est informé par une note blanche des services de renseignements, notre Stasi bleu-blanc-rouge.
La note blanche ne possède pas d’en-tête, elle n’est pas datée, pas signée et ne comporte même pas de référence. Depuis le décret royal, on n’a pas trouvé mieux pour décider du sort d’un citoyen en le privant de toute liberté.
Alors vous vous dites, quel outil fantastique contre les candidats terroristes dont on soupçonne qu’ils pourraient un jour passer à l’acte mais dont on n’est pas sûr… Dans le doute aller hop, on les assigne tous.

Comments: 0
20/06/2017
Les relations entre les États-Unis et la Corée du Nord font monter la tension en Asie. Les rumeurs d’une guerre éventuelle sont constamment relancées par les tirs de missiles en Corée du Nord, les manœuvres des porte-avions américains ou encore les déclarations tonnantes des politiciens des deux pays.
Si les USA s’engageaient dans une confrontation militaire avec la Corée du Nord ou la Chine, le Japon serait forcé d’y participer compte tenu du nombre de bases militaires américaines se trouvant sur son territoire. D’un autre côté, rien ne garantit que les USA apporteraient une assistance à part entière à Tokyo si le Japon entrait en conflit avec la Chine ou la Corée du Nord.
Comments: 0

SEOUL, Corée, République de – La Corée du Nord a procédé à un autre test de missile balistique. L’engin serait tombé dans les eaux de la zone économique du Japon, ont affirmé les autorités sud-coréennes et japonaises, dimanche.

Selon un communiqué de l’État-major sud-coréen, le missile serait parti non loin de la ville de Wonsan, sur la côte orientale de la Corée du Nord. Il aurait franchi 450 kilomètres.

Les militaires sud-coréens soupçonnent qu’il s’agit d’un missile de type Scud.

Le secrétaire général du Cabinet japonais, Yoshihide Suga, a déclaré que le missile semble avoir terminé sa course dans la zone économique exclusive du Japon. Il a ajouté que le missile n’a pas endommagé d’avion ou de navire dans ce secteur maritime.

«On ne peut pas tolérer ces lancements à répétition de la Corée du Nord. Nous avons protesté énergiquement contre elle, nous l’avons critiquée le plus durement possible», a-t-il dit.

La Corée du Nord augmente la cadence de ses tirs de missiles balistiques depuis quelques mois. Le pays cherche à mettre au point et à fabriquer des armes qui pourront atteindre le continent nord-américain. Il détient déjà des missiles de courte et de moyenne portées pouvant atteindre la Corée du Sud et le Japon.

Le programme de missiles nord-coréens est sans doute le plus grand défi que doivent relever les nouveaux dirigeants américains et sud-coréens.

Le nouveau président de la Corée du Sud, Moon Jae-In, a convoqué une réunion du conseil de sécurité nationale.

Comments: 0

Chaque président américain envisage de renverser le gouvernement nord-coréen, car ce pays, comme la Syrie, n’est pas soumis et colonisé par Washington, juge Daniel Shaw, expert en affaires publiques et professeur à l’Université de New York.

Donald Trump s’est récemment prononcé sur les décisions difficiles qu’il a dû prendre depuis son entrée en fonction. Dans une interview à CBS News, le président américain a expliqué sa décision de frapper la Syrie le mois dernier et les réflexions qu’elle lui a inspirées.

Comments: 0
AP Photo/Wong Maye-E
SÉOUL, Corée, République de – Au lendemain d’un tir ballistique ayant échoué par la Corée du Nord, le président américain Donald Trump a lancé une mise en garde, affirmant que Pyongyang parviendra à abriquer de meilleurs missiles.«On ne peut pas leur laisser faire ça», a-t-il promis.

Au cours d’un entretien préenregistré à l’émission «Face the Nation» sur les ondes de CBS, M. Trump a refusé de discuter des options militaires, affirmant que les pays concernés jouaient une partie d’échecs.

«Je ne veux pas que les gens sachent ce que je pense», a-t-il dit.

Son conseiller à la sécurité nationale, le général H.R. McMaster a déclaré que le récent test balistique de la Corée du Nord est une provocation envers la communauté internationale, ajoutant que ce pays représente «une grave menace», non seulement pour les États-Unis et ses alliés, mais aussi pour la Chine.

«(Il est important) que nous confrontions tous ce régime, ce régime qui tente de doter des missiles d’ogives nucléaires», a-t-il dit à l’émission «Fox News Sunday».

M. Trump dit croire que le président de la Chine, Xi Jinping, exerce des pressions sur la Corée du Nord pour qu’il cesse son programme nucléaire.

Les tensions sont vives dans la région. Les États-Unis y ont envoyé un sous-marin nucléaire et un porte-avions.

Les États-Unis et la Corée du Sud ont commencé à installer un controversé système de défense qui doit être partiellement opérationnel d’ici quelques jours.

Environ 300 manifestants ont affronté 800 policiers dans le village de Seongj, là où doit est installé ce système.

Comments: 0

Le représentant permanent de la Corée du Nord aux Nations unies a déclaré que les États-Unis avaient créé une situation tellement dangereuse dans la région qu’une guerre nucléaire pouvait éclatée à tout moment. Selon lui, « une guerre nucléaire peut éclater à tout moment ».

Il a fermement condamné les États-Unis et la Corée du Sud pour avoir organisé des exercices militaires d’une échelle inédite et a mis en garde contre les conséquences de ces actions pour la paix dans la région.

Comments: 0
Photo AP
SÉOUL, Corée, République de – La Corée du Nord aurait échoué dans une tentative de tirer un missile, affirme l’armée sud-coréenne.Le communiqué publié dimanche (heure locale) n’identifie pas le type de missile qui aurait été tiré.

Cette tentative d’effectuer un nouveau tir de missile peut être considéré comme un message de défi à l’administration Trump à Washington, alors qu’elle est effectuée le jour où le vice-président américain Mike Pence doit arriver à Séoul pour des entretiens sur la Corée du Nord.

Le président Donald Trump est resté inhabituellement silencieux au sujet de cette tentative de tir.

Dans un communiqué, le secrétaire à la Défense, Jim Mattis, a déclaré que Donald Trump et son équipe militaire « sont au courant du tir de missile raté en Corée du Nord. Le président n’a pas d’autre commentaire à faire ».

La Corée du Nord a lancé un programme de missiles de longue portée et mené deux tests nucléaires, dont son plus puissant jusqu’à maintenant, l’an dernier. Elle a aussi tiré plusieurs missiles de courte et de moyenne portées.

L’objectif du régime dictatorial de Pyongyang est de se doter de missiles de longue portée pouvant atteindre le continent nord-américain.

Le test s’est déroulé au lendemain du 105e anniversaire du fondateur de la Corée du Nord, Kim Il Sung.

Le communiqué publié dimanche (heure locale) n’identifie pas le type de missile qui aurait été tiré.

De son côté, l’armée américaine confirme la tentative en précisant que le missile en question aurait explosé lors du lancement.

La Corée du Nord a lancé un programme de missiles de longue portée et mené deux tests nucléaires, dont son plus puissant jusqu’à maintenant, l’an dernier. Elle a aussi tiré plusieurs missiles de courte et de moyenne portées.

L’objectif du régime dictatorial de Pyongyang est de se doter de missiles de longue portée pouvant atteindre le continent nord-américain.

Le test s’est déroulé au lendemain du 105e anniversaire du fondateur de la Corée du Nord, Kim Il Sung.

Comments: 0