Sénateurs
Le défenseur Dion Phaneuf des Sénateurs d’Ottawa ne laissera pas tomber sa clause de non-mouvement dans le but d’accommoder son patron.

L’informateur hockey de TSN, Bob McKenzie, l’a annoncé sur son fil Twitter.

Les Sénateurs en avaient fait la demande à Phaneuf dans le but de l’exposer au repêchage d’expansion. Puisqu’il possède cette clause, et qu’il refuse de la laisser tomber, Ottawa devra le protéger.

À moins que le directeur général de l’équipe, Pierre Dorion, réussisse à l’échanger avant le gel des transactions qui sera en vigueur dans la LNH entre le 15 et le 22 juin prochains.

Phaneuf intéresse sûrement certaines équipes, mais c’est la lourdeur de son contrat qui complique la donne. L’arrière de 32 ans empochera un salaire de 7 millions de dollars pour les quatre prochaines saisons.

Comments: 0


Photo PC
 Les Sénateurs d’Ottawa refusent d’abdiquer.Lessivés 7-0 à Pittsburgh, dimanche, lors de la cinquième rencontre de la finale de l’Association de l’Est de la Ligue nationale, les Sénateurs l’ont emporté 2-1 à domicile face aux Penguins, mardi, poussant ainsi la série à la limite de sept rencontres.

Le match décisif sera disputé jeudi soir à Pittsburgh.

Un but de Mike Hoffman, son 6e des séries, à l’aide un puissant lancer frappé à 1 :34 de la troisième période a rompu l’égalité.

Bobby Ryan (6e), lors d’une supériorité numérique en deuxième période, a inscrit l’autre but de l’équipe de Guy Boucher. Evgeni Malkin a riposté pour les Penguins avec son 7e but des éliminatoires, également durant la période médiane.

Craig Anderson a connu un match exceptionnel en repoussant 45 lancers. Matt Murray a fait face à 30 tirs devant le filet des Penguins.

Champions en titre de la coupe Stanley, les Penguins tentent de réaliser un doublé, ce qui n’a pas été réussi depuis les victoires des Red Wings de Detroit en 1997 et en 1998.

Pour leur part, les Sénateurs tentent de retourner en finale de la coupe Stanley pour une première fois depuis 2007. Ils avaient été battus par les Ducks d’Anaheim en cinq matchs.

Les vainqueurs de la série vont se mesurer aux Predators de Nashville.

Comments: 0

OTTAWA – Sur la porte du vestiaire des Sénateurs d’Ottawa, au Centre Canadian Tire, se trouve une grande photo de la coupe Stanley. Mais à moins d’un gain dans le sixième match de la finale de l’Association de l’Est, mardi, ils ne vont pas s’en approcher davantage.

Corrigés 7-0 à Pittsburgh, dimanche, les Sénateurs ont ainsi vu les Penguins prendre les commandes de la série, 3-2.

«Ce n’est pas le temps de s’apitoyer sur notre sort, a dit l’entraîneur-chef des Sénateurs, Guy Boucher. Il faut se relever et aller de l’avant.»

Voulant aider les siens à tourner la page, Boucher a convié ses troupiers à un entraînement de 30 minutes en après-midi, lundi.

En étaient absents Erik Karlsson, Derick Brassard et Cody Ceci, blessés dimanche. Ils devraient tous être en mesure de jouer mardi.

Faire le plein contre des rivaux en quête d’une deuxième conquête de la coupe Stanley d’affilée implique de miser sur les forces de l’équipe, a dit Boucher.

Les Sénateurs ont étouffé l’attaque adverse dans les trois premières rencontres, mais dimanche, les Penguins ont montré pourquoi en saison régulière, nul club n’a fait mieux que leurs 282 buts.

S’il y a une leçon à tirer de la dégelée de 7-0, a mentionné le vétéran Marc Methot, c’est de n’avoir aucun relâchement en défense, «parce que toute erreur de jugement ou d’exécution peut ouvrir une brèche dont va profiter leur premier ou deuxième trio.»

Sidney Crosby a inscrit quatre points depuis deux matchs. Evgeni Malkin et Phil Kessel sont redoutables tandis que Nick Bonino, Carter Rowney et Bryan Rust, fraîchement jumelés, ont marqué trois buts dans le match numéro cinq.

Les Sénateurs doivent quand même retrouver leur touche en attaque. De retour au poste de numéro un, Matt Murray n’a permis que deux buts sur 51 tirs, au cours des deux derniers matchs.

Un grand souci est l’avantage numérique, blanchi en 29 occasions depuis 10 matchs.

Les Sénateurs n’ont pas touché la cible dans ce contexte depuis le premier match du deuxième tour, face aux Rangers de New York.

«Si nous avions la réponse, nous l’aurions déjà mise en application», a dit l’ailier Mark Stone.

Les Sénateurs vont aussi espérer que Craig Anderson ferme davantage la porte. Il a été battu sept fois en 49 tirs dans les deux dernières rencontres; tandis que dans leurs trois premiers matches il n’a laissé passer que trois rondelles, en 83 tirs.

Boucher a aussi réitéré le message qu’il a communiqué avant le début des séries.

«Il faut récupérer aussi vite que possible, a dit Boucher. Si vous n’y arrivez pas, vous êtes dans la mauvaise profession. C’est le nerf de la guerre.»

Comments: 0
Une scène qui s’est répétée sept fois durant le match/Photo AP

Une poussée de quatre buts en première période a pavé la voie à une victoire sans appel de 7-0 des Penguins de Pittsburgh face aux Sénateurs d’Ottawa, dimanche, dans la finale de l’Association de l’Est de la Ligue nationale.Les Penguins, champions en titre de la coupe Stanley, ont désormais les devants 3-2 dans cette finale et il ne leur manque d’une victoire afin de s’assurer de défendre leur titre. Le sixième match sera disputé, mardi soir, à Kanata.

Sidney Crosby, avec son 7e but des séries, Phil Kessel (7e), Bryan Rust (6e), Olli Maatta (2e), Scott Wilson (2e), Matt Cullen (2e) et Trevor Daley (1er) ont touché la cible pour les vainqueurs.

Crosby, Rust, Kessel et Daley ont ajouté une mention d’aide chacun. Evgeni Malkin et Carter Rowney ont terminé la rencontre avec trois mentions d’aide à leur fiche.

Matt Murray a été intraitable devant le filet des Penguins, repoussant les 21 rondelles dirigées vers lui.

Craig Anderson, qui a été chassé du match, et Mike Condon ont permis 7 buts sur 36 tirs.

Indiscipline

L’indiscipline des Sénateurs n’a pas aidé leur cause. Ils ont offert trois avantages numériques aux Penguins et chaque fois, ces derniers ont réussi à les faire payer.

Guy Boucher s’est même permis de jouer à la chaise musicale avec ses gardiens. Anderson, qui fêtait son 36e anniversaire de naissance, a amorcé la partie et il a alloué trois buts sur neuf lancers en première période. Il a cédé sa place à Mike Condon, qui s’est installé entre les poteaux pendant seulement 88 secondes. Anderson est revenu devant le filet et il a concédé un quatrième but aux Penguins avant d’être retourné au banc. Condon a pris le relais jusqu’à la fin de la rencontre.

Anderson a terminé le match avec 10 arrêts tandis que Condon a stoppé 19 tirs.

Les choses se sont assombries rapidement pour les visiteurs lors du premier vingt. Après avoir marqué un premier but en séries éliminatoires lors du dernier match, Maatta a frappé de nouveau en trompant la vigilance d’Anderson grâce à un puissant tir sur réception.

Les Penguins ont doublé leur avance quelques minutes plus tard, lors d’une supériorité numérique. Crosby a fait dévier un tir de la pointe de Daley et la rondelle a touché le bras droit du gardien des Sénateurs avant de traverser la ligne rouge. Le duo composé de Bonino et Rowney a ensuite fait des siennes, mettant la table pour les réussites de Rust et Wilson.

L’équipe de Mike Sullivan a refait connaissance avec Condon en début de deuxième période, mais l’ancien des Penguins n’allait certainement pas obtenir la clémence de ses anciens coéquipiers. À peine sorti du banc des joueurs, Cullen a inscrit le cinquième but des siens à 1:54.

(Avec Associated Press)

Comments: 0
Photo PC
Un but de toute beauté de Bobby Ryan inscrit à 4:59 de la première période de prolongation a permis aux Sénateurs d’Ottawa de vaincre les Penguins de Pittsburgh 2-1, samedi, lors du premier match de la finale de l’Association de l’Est de la LNH.Ryan s’est échappé sur le flanc droit avant de contourner le défenseur Olli Maatta des Penguins. Arrivé devant le gardien Marc-André Fleury, il l’a déjoué d’un tir du revers précis dans la partie supérieure du filet.

Il s’agit du cinquième but des présentes séries pour Ryan et de son troisième but gagnant. Il avait procuré une victoire en prolongation à son équipe au premier tour éliminatoire, contre les Bruins de Boston,

Evgeni Malkin, avec son sixième but des éliminatoires, avait créé l’égalité à 14 :25 de la troisième période. Jean-Gabriel Pageau, avec sa huitième réussite du printemps, avait donné les devants aux Sénateurs dès la première période.

Fleury a repoussé 33 des 35 tirs dirigés vers lui. Craig Anderson n’a laissé filer qu’une seule des 28 rondelles auxquelles il a fait face.

Après avoir connu une série ardue contre les Rangers de New York, au deuxième tour, Anderson n’a pas montré beaucoup de faiblesses lors du premier duel contre les Penguins.

Les Sénateurs ont pris les devants 1-0 dans la série et le deuxième match aura lieu lundi soir, au PPG Paints Arena de Pittsburgh.

Manque de finition

Tantôt énergiques, tantôt erratiques, les Penguins ont orchestré plusieurs bonnes attaques en zone adverse et ils ont même frappé le poteau à trois reprises. Un manque de finition, surtout en avantage numérique, aura cependant mis des bâtons dans les roues de l’équipe locale. Les hommes de Mike Sullivan n’ont pas touché la cible en cinq avantages numériques.

Depuis le début des séries, sept matchs des Sénateurs ont nécessité de la prolongation, le plus haut total des 16 équipes à avoir participé au tournoi printanier. L’équipe de Guy Boucher a remporté six de ces rencontres.

Les Penguins ont amorcé la rencontre sur les chapeaux de roues et ils ont pris d’assaut le filet d’Anderson dès la mise en jeu initiale. Ils ont obtenu quatre supériorités numériques au premier tiers, dont un cinq contre trois, mais ils n’ont pas trouvé une façon d’ouvrir le pointage.

Les visiteurs ont été les premiers à s’inscrire au tableau indicateur, à 14:32 de la première période. Ryan a effectué un bon échec avant et il s’est emparé de la rondelle derrière le filet avant de la remettre à Pageau, seul devant Fleury. Son tir vif a déjoué le gardien par-dessus son épaule gauche.

Les deux gardiens ont été solides par la suite et ils ont parfois eu l’aide de leurs poteaux. Il a fallu attendre à 14:25 du troisième engagement pour voir les Penguins niveler la marque. Chris Kunitz a dirigé la rondelle vers le filet et Malkin l’a fait dévier entre les jambières d’Anderson.

Ce fut toutefois en vain, car les espoirs des Penguins ont été anéantis en prolongation, quand Ryan a aidé les siens à soutirer l’avantage de la patinoire aux champions en titre de la coupe Stanley.

(Avec Associated Press et Presse canadienne)

Comments: 0
Justin Trudeau (Twitter @JustinTrudeau)
OTTAWA – Le premier ministre Justin Trudeau annonce qu’il met de côté son allégeance naturelle pour le Canadien de Montréal afin d’appuyer les Sénateurs d’Ottawa – et il encourage les amateurs de hockey d’en faire autant. Mais son appel n’a pas trouvé un écho toujours favorable.Lors d’une conférence de presse à Brampton, en Ontario, vendredi matin, M. Trudeau, député montréalais, a estimé que tous les Canadiens devraient maintenant se rallier derrière la seule équipe canadienne toujours présente dans les séries éliminatoires des finales de la coupe Stanley.

Les Sénateurs affronteront en finale de l’association de l’Est les Penguins de Pittsburgh, à compter de samedi. Les Oilers d’Edmonton ont été éliminés mercredi au septième match de leur série contre les Ducks d’Anaheim.

Selon M. Trudeau, même les partisans du Canadien et des Maple Leafs de Toronto seront d’accord pour appuyer les Sénateurs.

Mais si l’on se fie aux réactions dans les médias sociaux, les Montréalais et les Torontois ne partagent pas tous cet enthousiaste nationalisme. Et ils ne sont pas les seuls.

Plusieurs amateurs ont répondu sur Twitter que cet appel «absurde» constituait un affront à leur dignité collective.

«J’applaudirai quand les Sénateurs joueront sur les terrains de golf», a écrit un amateur.

Comments: 0
Photo AP
Presque tout a fonctionné comme sur des roulettes pour les Sénateurs d’Ottawa, qui viennent d’accéder à la finale de l’Est pour la première fois depuis 2007.
Erik Karlsson a épaté à répétition. Les gardions ont été brillants. Guy Boucher, l’entraîneur-chef depuis le 9 mai 2016, a instauré un système qui a rapporté.

Ajoutons la profondeur de l’équipe et le retour de Clarke MacArthur.

«Nous devons envoyer un message clair cette saison, a dit ce dernier lors du jour 1 du camp d’entraînement. Je le dis à chaque fois mais cette année, il faut que ce soit la bonne!»

Ce n’est pas à Ottawa qu’il y a le plus de talent pur dans l’Est. Mais à part peut-être Sidney Crosby, on peut difficilement compter sur un meilleur atout que Karlsson, le 15e joueur (et septième défenseur) repêché en 2008.

Il n’y a eu que 16 saisons de 70 points et plus par un défenseur depuis 20 ans, et Karlsson en a signé le quart. Il domine à ce chapitre, à égalité avec Nicklas Lidstrom.

«On ne peut pas demander mieux», a commenté Boucher au sujet du Suédois, à la mi-mars.

Karlsson a fini deuxième de la LNH pour les tirs bloqués, un fier reflet de la mentalité défensive de Boucher. Il a joué un plus grand rôle et s’est aussi illustré en désavantage numérique, aidant à faire passer cette brigade du 29e au 22e rang.

Au fil des deux premières rondes des séries, il a inscrit 13 points en 12 matches.

Globalement, les Sénateurs ont permis 31 buts de moins que pendant la saison précédente. Ils ont aussi bloqué 156 tirs de plus, ce qui porte la signature de Boucher.

Le directeur général Pierre Dorion a rencontré neuf candidats pour le poste d’entraîneur. La première entrevue a duré quatre heures et demie, la deuxième plus de huit heures. Boucher l’a impressionné avec sa passion et son potentiel pour améliorer le côté défensif.

Les Sénateurs ont accusé un déficit de quatre filets pour les buts pour et buts contre en saison régulière, mais Craig Anderson a souvent été exceptionnel. Mike Condon, obtenu sans trop céder des Penguins, l’a solidement épaulé.

MacArthur, de retour après une commotion cérébrale, a fait passer les siens en deuxième ronde avec un but en prolongation contre les Bruins. Dans les deux derniers gains face aux Rangers, il a contribué à quatre filets.

Des choix tardifs ont continué de s’épanouir dont Mark Stone (sixième tour, 2010), Mike Hoffman (cinquième tour, 2009) et Jean-Gabriel Pageau (quatrième ronde, 2010). Des éléments acquis par transaction au fil des années, tels qu’Anderson, Kyle Turris, Dion Phaneuf et Derick Brassard, ont aussi eu leur mot à dire.

À la veille du début de la saison régulière, Dorion a rencontré sa troupe et a prononcé des mots très justes, en rétrospective.

«Nous avons le sentiment de pouvoir atteindre les séries, a dit Dorion. Nous espérons pouvoir surprendre des gens une fois rendus là.

Comments: 0
Les Sénateurs célèbrent leur victoire./AP
NEW YORK – Les Sénateurs d’Ottawa ont remporté une victoire de 4-2 contre les Rangers de New York et accèdent ainsi à la finale de l’Association de l’Est grâce à un triomphe en six matchs.Mike Hoffman (4e), Mark Stone (4e), Erik Karlsson et Jean-Gabriel Pageau (7e), ce dernier dans un filet désert tard en troisième, ont marqué les buts des Sénateurs.

Mika Zibanejad (2e) en deuxième période et Chris Kreider (3e), dès la première minute du troisième tiers ont répliqué pour les Rangers.

En plus d’inscrire l’éventuel but victorieux tard en deuxième période, Karlsson a récolté une mention d’aide.

Résumé du match

Les Sénateurs affronteront les vainqueurs de la série entre les Penguins de Pittsburgh et les Capitals de Washington. Le duel décisif de cette série sera présenté mercredi soir dans la capitale américaine.

Les Rangers ont dirigé 39 tirs vers Craig Anderson dont 15 en troisième période.

Henrik Lundqvist, qui n’a pas réussi à répéter les performances qui avaient mené à l’élimination des Canadiens de Montréal pendant le premier tour, a bloqué 22 rondelles.

Karlsson, qui a joué pendant presque 29 minutes, a d’abord contribué au premier but du match, celui de Hoffman, à 4:27 de la première période.

Le capitaine des Sénateurs a amorcé la séquence en bloquant un tir de Nick Holden et en lançant une contre-attaque. Après avoir reçu une passe de Clarke MacArthur, le défenseur suédois, posté à la ligne bleue, a décoché un tir/passe que Hoffman a fait dévier derrière Lundqvist.

Les Sénateurs ont doublé leur avance quelque dix minutes plus tard grâce à Stone, qui a battu Lundqvist d’un tir dans la partie supérieure. La présence de Kyle Turris devant le filet a semblé gêner le gardien des Rangers.

Les Rangers ont demandé une reprise vidéo, croyant que Turris avait devancé Stone à la ligne bleue, mais la requête a été rejetée.

Zibanejad a redonné espoir aux Rangers à 13:32 en déjouant Anderson d’un tir dans la partie supérieure gauche après avoir exploité une brèche dans la défense adverse.

Mais Karlsson s’est chargé de refroidir les ardeurs des Rangers et de leurs partisans en redonnant aux visiteurs une avance de deux buts, grâce à un tir des poignets qui a battu Lundqvist du côté rapproché, dans la partie supérieure, quelque deux minutes après le but de son ancien coéquipier.

Dès la 53e seconde de la troisième période, Kreider a inscrit le but dont les Rangers avaient tant besoin pour revenir dans le match.

Quelque cinq minutes plus tard, ce même Kreider a eu une chance en or d’égaler la marque, mais n’est pas parvenu à déjouer Anderson alors qu’il se trouvait seul devant le gardien des Sénateurs.

Malgré les efforts des Rangers, Anderson et les Sénateurs ont tenu le coup et ont enfin pu respirer quand Pageau a poussé le disque dans un filet désert à 19:53.

Entrevue de Karlsson

Entrevue de Craig Anderson

Plus de détails à venir.

Comments: 0

OTTAWA — Les Sénateurs d’Ottawa sont sur le point d’atteindre la finale de conférence de l’Association Est. Kyle Turris a battu Henrik Lundqvist en période de prolongation, procurant la victoire aux Sénateurs d’Ottawa par la marque de 5-4 face aux Rangers de New York, samedi après-midi.

Les Sénateurs prennent donc les devants 3-2 dans cette série et tenteront d’assurer leur participation à la finale de l’Est pour la première fois depuis 2007 en remportant la sixième rencontre, mardi au Madison Square Garden.

La formation ontarienne a surmonté un déficit de 2-0 en inscrivant trois buts sans réplique. Mark Stone, Mike Hoffman et Tom Pyatt ont fait vibrer les cordages avant que Derick Brassard n’égale la marque alors qu’il ne restait que 86 secondes à jouer.

≪Nous avions parlé de ne pas nous saboter et nous étions en bonne position pour que ça se produise à nouveau≫, a raconté l’entraîneur-chef des Sénateurs, Guy Boucher.

Craig Anderson a réalisé 29 arrêts pour permettre aux Sénateurs de l’emporter en temps supplémentaire pour la cinquième fois depuis le début des séries.

Jimmy Vesey, Jesper Fast, Nick Holden, et Ryan McDonagh ont déjoué Anderson et Lundqvist a bloqué 31 tirs.

Selon Elias Sports, les équipes ayant remporté le cinquième match d’une série alors qu’elle est égale 2-2 sont passées au tour suivant dans 78,7% des cas.

Après avoir échappé les deux derniers matchs à l’étranger, les Sénateurs étaient en quête d’un relent d’énergie. Les partisans réunis aux Centre Canadian Tire se sont émoustillés en voyant Chris Neil en uniforme pour la première fois depuis le début du tournoi printanier.

Les Rangers n’ont pas tardé à gâcher la fête en marquant à 66 secondes d’écart en début de première période pour prendre les devants 2-0. Fast a inscrit le premier but en déjouant Anderson, étant laissé seul à sa droite et Holden a ajouté le deuxième but sur un faible tir dirigé du côté de la mitaine.

Les Rangers ont été les premiers marqueurs lors des cinq matchs de la série. L’entraîneur-chef des Sénateurs Guy Boucher a affirmé que cette situation ne le préoccupait pas vraiment. Stone a réussi à réduire l’écart 50 secondes après que les Rangers n’aient doublé leur avance.

Lundqvist semblait ébranlé en début de rencontre, mais a fait les arrêts-clés qui ont donné du fil à retordre aux Sénateurs, qui l’ont bombardé avec 15 tirs au premier tiers.

Hoffman et Pyatt ont ensuite donné enfilé deux buts rapides pour permettre aux Sénateurs de reprendre les devants. McDonagh a cependant égalé la marque quelques minutes avant de retraiter au vestiaire pour le deuxième entracte.

≪Tu te dois d’y croire. Nous n’allons pas inscrire le premier but à chaque match≫, a philosophé Pyatt après la rencontre.

Vesey a sauté sur le retour de Brady Skjei et a procuré l’avance aux Rangers en début de troisième engagement, inscrivant son premier but en séries éliminatoires en carrière.

Brassard a soulevé la foule en égalant la marque (4-4) alors qu’il ne restait de 86 secondes à la fin de la rencontre.

L’attaquant a raconté que pour les Sénateurs, le message était alors clair: il restait sept minutes pour créer l’égalité.

≪À la fin, tu sais que tu as besoin d’un joueur devant le but, a insisté Boucher. Les deux buts sont très similaires puisque les gars étaient positionnés devant le filet et la rondelle a fini par se glisser derrière la ligne des buts.≫

Grabner a semblé avoir fermé les livres alors qu’ils n’avaient pas disputé encore cinq minutes en temps supplémentaire. Son bâton était par contre considéré comme ≪élevé≫, alors qui’il tentait de rediriger la rondelle.

C’est finalement Turris qui a eu le dernier mot, quelques minutes plus tard.

≪Nous ne nous faisons pas d’illusions, a ajouté l’entraîneur-chef des Sénateurs. Nous avions besoin de gagner aujourd’hui, parce qu’on sait que ce sera difficile [au Madison Square Garden].≫

????

Comments: 0
Photo AP
Oscar Lindberg a touché deux fois la cible et les Rangers de New York ont vaincu les Sénateurs d’Ottawa 4-1, jeudi, créant ainsi l’égalité à deux victoires de chaque côté dans la demi-finale de l’Association de l’Est de la Ligue nationale.Nick Holden et Chris Kreider ont complété la marque pour les vainqueurs qui ont ainsi remporté les deux matchs disputés au Madison Square Garden.

Kyle Turris a assuré la mince riposte des Sénateurs quand le score était déjà de 4-0 pour la formation new-yorkaise.

Le gardien des Sénateurs Craig Anderson a été chassé de la rencontre. Henrik Lundqvist a bloqué 22 tirs.

Les deux clubs se retrouveront à Ottawa pour le cinquième match samedi après-midi.

Anderson a réalisé 17 arrêts en deux périodes de jeu, avant de laisser sa place à Mike Condon au début de la troisième. L’ancien du Canadien de Montréal a bloqué les neuf rondelles dirigées vers lui.

Les Sénateurs ont terminé la rencontre sans les services du défenseur vedette Erik Karlsson, qui n’a pas joué au troisième tiers.

Bousculades

Par ailleurs, les Sénateurs ont perdu leur sang-froid, tout particulièrement pendant la troisième période. Le défenseur Dion Phaneuf a été expulsé vers la fin du troisième vingt après s’être battu contre Brendan Smith, qui s’est lui aussi vu montrer le chemin de la sortie.

Bobby Ryan a écopé d’une mineure pour avoir servi un coup de bâton à Dan Girardi et d’une inconduite de partie avec 2:28 à écouler au temps réglementaire.

Les 30 dernières secondes du match ont été pimentées par une série d’altercations, à commencer par un combat entre Glass et Turris. Lors de la mise en jeu suivante, les officiels ont dû intervenir pour mettre fin à d’autres bagarres.

Comments: 0